SANT-NAZER-SOLEX nos petits deux-roues vintage c'était le respect.

Dans le rétroviseur de nos petits deux-roues vintage

Dans le tumulte du passé, lorsque les rues de nos villes et les routes de nos campagnes résonnaient encore du doux son mélodieux de nos petits deux-roues vintage, oui souvenez vous de cette époque où l’on prenait le temps de se saluer d’échanger des conseils mécaniques.

Je veux parler de nos bécanes, nos brêles, nos meules, nos mobs, sans oublier nos Solex, autant de noms évocateurs d’une époque où les jeunes se découvraient une passion commune pour la liberté sur deux roues. Plus qu’un moyen de se déplacer, nos petits deux roues incarnaient une certaine philosophie de la vie. Un souffle de liberté.

A cette époque, le respect et la convivialité étaient les maîtres mots. Oui il existait un code tacite entre les jeunes passionnés de deux roues que nous étions et les gendarmes et policiers. Les Keufs les Poulets comme il était coutume de les surnommer à cette époque.

A l’époque on s’arrêtait et on se serait la main après le contrôle. Ça s’appelait le Respect

Les contrôles n’étaient pas synonyme de tension. Au contraire la plupart du temps, il se déroulait dans une atmosphère détendue. Ces vérifications étaient alors l’occasion d’établir un dialogue, un échange entre générations. Parfois à la fin d’un contrôle, une simple poignée de main scellait cet échange cordial.

Les gendarmes et les policiers n’étaient pas perçus comme de simples contrôleurs, mais plutôt comme des figures parternelles qui veillaient à ce que chacun puisse profiter de sa passion sans mettre en péril la sécurité de tous.

Désormais nos petites merveilles mécaniques ont laissé place à des engins plus moderne. Cette époque n’en demeure pas moins un souvenir précieux. Nos bécanes ont laissé un héritage qui ne réside pas seulement dans la mécanique , mais aussi dans cette culture du respect et de la convivialité dont les jeunes générations devraient s’inspirer.

SANT NAZER SOLEX logo

l’Equipe SANT-NAZER-SOLEX

Philippe

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *